Publié le

Marie Tual

Marie Tual

« Très tôt, je rencontre la formidable céramiste Diana Berrier et découvre le tournage dans son fameux atelier du « cheval à l’envers ». Elle m’apprend à « écouter » la terre à l’aide d’une rigueur technique, comme le battage, le tournage à la motte et la répétition des gestes se synchronisant à la respiration.  Mais ce n’est qu’en 1994 soit 15 ans plus tard, que je reprendrai mon dialogue avec la terre.
Tournés à la main, bols, assiettes, coupes, vases ou boîtes sont réalisés dans un grès finement chamotté. Parfois de formes mouvementées, déstructurées ou agrémentées de reliefs, les objets sont ensuite tournassés pour une finition du pied. Biscuités, ils sont alors émaillés et cuits à 1260°c. Après deux cuissons et un bain d’émail, le défi est de retrouver la pièce telle qu’elle est née au tournage entre mes mains. L’émail blanc posé seul sans décor, témoigne de la matière et de la modernité de la terre. Il est aussi révélateur de la forme. Je travaille un émail blanc satiné, procédant par trempage ou arrosage. Par croisements ou  superpositions de différentes densités je crée des plans de blanc velouté  recouvrant un blanc transparent.  Les coulures, comme les traces de chamottes, participent à la vie et aux mouvements des pièces. Mais si les objets  s’expriment  visuellement, la céramique est d’abord un art tactile. C’est au toucher et dans l’usage que se révèlent l’émotion et le plaisir qu’elle contient. »

Marie Tual

Voir son travail dans la boutique

Instagram